Chroniques et avis sur
Le Dernier Temps

Retrouvez Jean K. Sainfort sur :


Quelques avis de lecture sur le roman

linstantdeslecteurs.blogspot.com

Marie MEYEL

LES LECTURES de LAURE ENZA

Emmanuel Kattan, USA
Philosophe et romancier canadien né à Montréal. Actuellement directeur du Alliance Program à l’Université Columbia et ancien directeur du British Council à New York.

Un roman d’anticipation en résonance avec notre monde. J’ai trouvé l’intrigue du roman intéressante et très en résonance avec notre actualité : la colonisation d’autres planètes, la dégradation de l’environnement, la persécution des minorités. Les réflexions sur la conscience et ses multiples dimensions sont porteuses. La relation entre les héros, Joar et Phéelle est émouvante.

Christophe Victor, Babelio
Ancien directeur général des « Échos » et co-fondateur de Viva Technology (événement international dédié aux technologies ayant réuni en 2019 plus de 120.000 participants) avec Publicis Groupe.

Un miroir utile de nos temps actuels.
Comment ne pas penser … à ces contes philosophiques que nous avons découverts le plus souvent à l’adolescence ? Voltaire, Diderot, Fénelon, More utilisaient le prisme de grands voyageurs découvrant des peuplades lointaines qui vivaient en paix et en sérénité, loin du tumulte et des quêtes irraisonnées de leurs contemporains. A travers le récit de leur héros, ils proposaient une philosophie de vie, à savoir la quête des besoins nécessaires et la lutte contre les plaisirs vains.
Jean K. Saintfort s’inscrit dans cette belle tradition. …
La romance entre les deux protagonistes servira de prétexte à se poser des questions sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, à la capacité à vivre ensemble et faire coexister des cultures différentes, au sens du progrès technologique, à la prédominance des intérêts économiques sur tous les autres intérêts, à la difficile quête de spiritualité dans un monde devenu profondément matérialiste… Autant de questions qui s’inscrivent dans une actualité brûlante.
En lisant « Le dernier temps », vous emprunterez le chemin de cette réflexion et peut-être trouverez-vous des réponses à une partie de vos interrogations sur le monde actuel ?

Denis Cressens, Amazon
Ecrivain-Auteur de Théâtre

Agréable à la lecture, un peuple non violent, pacifique dont le seul tort est de vivre près d’un minerai rare…Là, la voracité bien connue de l’humain qui passe reprend le dessus… Tous les ingrédients qui animent notre monde au quotidien sont là …. Dommage les Errants étaient attachants.

Layla Langlois, Babelio, CANADA
Je suis vraiment impressionnée par la profondeur de ce roman. Le thème est super original et il sort des sentiers battus (c’est le cas pour moi, sinon !). Je ne lis vraiment pas souvent ce genre en particulier, mais j’ai vraiment aimé l’expérience.
Projeté dans le futur, Jean K. Saintfort dépeint notre société d’aujourd’hui en jouant avec l’amitié, l’amour et la traitrise dans son roman Le dernier temps. Entre l’histoire intrigante d’un peuple prônant la non-violence et les manigances de la Confédération, l’auteur maintient efficacement une intrigue politique et morale. Malgré certains termes complexes, les descriptions sont claires et précises, sans fioriture.
Jean K. Saintfort nous invite à regarder le monde différemment au travers du regard de Joar, un anthropologue envoyé sur la planète Fergiss pour étudier les Errants, un peuple non-violent qui a l’étrange capacité de percevoir les pensées des autres. Tout au long de sa rencontre avec ce peuple, Joar découvre une autre facette de l’être humain, des facultés qu’on n’aurait jamais pensé en être capable. Et pourtant ! Ce peuple apprend à Joar les secrets de la méditation et les pouvoirs des émotions qui nous habitent. Un autre monde s’ouvre à lui et les lecteurs du Dernier Temps.

Puis, l’histoire d’amour entre Joar et Phéelle (et même les liens d’amitié avec Phanaa, Kallos et les autres) montre justement ce que nous avons oublié aujourd’hui : nos relations entre nous. Je pense notamment à comment on a l’habitude de se traiter entre êtres humains, comme des choses ou des numéros. J’ai l’exemple en tête les applications de rencontre comme Tinder. « Swing » à gauche ou « swing » à droite si la personne te plait ou non, bref ce ne sont que des relations de surface. J’ai vraiment senti l’attachement profond de Joar pour ses amis.
J’ai vraiment apprécié ma lecture ! J’ai vécu toute sorte d’émotions : la surprise, la colère, l’indignation et j’en passe. Ce qui fait la force de cette histoire, pour moi, c’est qu’elle nous fait réfléchir sur notre propre mode de vie et notre société moderne.
C’est une lecture courte, mais qui montre les beaux côtés comme les mauvais sur l’être humain.
Je conseille fortement cette lecture à toute personne qui désire vivre une expérience hors du commun. Le dernier temps n’est certainement pas une lecture comme les autres qui vaut bien le détour !

PhilippeJFBlanchet, Babelio
L’auteur fourmille d’imagination pour une mise en scène planétaire plutôt réussie. Au-delà de la dimension futuriste, le thème de la tolérance d’êtres différents de nous est la maîtresse pensée. …
Je reste admiratif par l’espoir possible que nous insuffle l’auteur, je demeure pessimiste quant à l’esprit humain. Mais les croyances sont fortes et peut-être suis-je trop « Terre à Terre »?
Je termine par la qualité incontestable de la qualité de rédaction de ce roman qui est un véritable plaisir à lire. Merci à l’auteur de cet agréable moment.

Marlon01, Babelio
Un superbe conte philosophique mâtiné de romance et de spiritualité…
Entre conte philosophique, romance “extrasensorielle” et développement personnel,  » Le dernier temps  » est une œuvre ambitieuse et humaniste où l’on retrouve les thèmes chers à Jean K. Sainfort : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la nécessaire prédominance de l’Humain sur les considérations économiques et matérialistes.
On évolue ici dans un univers futuriste même si ce choix est, comme l’auteur le concède lui-même, davantage un prétexte visant à opérer une confrontation entre deux mondes que tout oppose ou presque … Un choc des cultures qui nous ramène donc à notre propre présent avec ses problématiques incontournables liées à l’écologie, aux communautarismes, à la cupidité et aux aveuglements de nos semblables.
Enfin, l’histoire d’amour qui unit Joar, l’anthropologue, et Phéelle, sa guide Errante, sert magnifiquement le récit en y apportant une touche romantique agissant comme une allégorie sur une possible Union Sacrée de l’humanité tout entière.
Cependant, on n’y trouvera aucun angélisme mièvre ni idéalisme suranné: sans illusions et sans concessions, l’auteur nous invite “simplement” à élargir notre champ de conscience à travers une réflexion sur nos modes de fonctionnement, nos forces intérieures et nos capacités ou pas d’influer sur la marche du monde pour croire en un ailleurs envers et contre tout…

Mohicane68, Babelio
Construit sur une idée originale, le Dernier Temps raconte le choc (d’une) rencontre …
Non-violents et centrés sur leur développement spirituel, les Errants peuvent représenter une menace. Cependant, Joar, l’anthropologue de la Confédération, envoyé pour les étudier, tombera sous leur charme et s’attachera en particulier à une jolie Errante, tandis que l’histoire, chapitre après chapitre, tous introduits par le carnet de bord de Joar qui livre ainsi ses réflexions personnelles, égrène le compte à rebours avant le Dernier Temps, un terme dont nul ne connaît la signification.
Ainsi, le récit est dramatiquement sous-tendu par ce mystère.
… des personnages attachants aux motivations précisément décrites et des dialogues qui alternent la sobriété, la douceur et la poésie. … (je) recommande vivement la lecture de ce beau roman pour permettre de le comprendre.

Bonobog Chronicle, Amazon
Un roman universel
Bien sûr les fans d’anticipation trouveront leur bonheur à la lecture de ce livre, mais bien plus que cela, l’auteur y ajoute une dimension philosophique universelle qui en fait un livre non seulement inclassable, mais faisant écho aux problématiques de notre époque, ce qui en fait un livre tout public.
L’affrontement de deux sociétés diamétralement opposées. Les Errants dont l’objectif tend vers la sagesse, la méditation, la non-violence et le respect de l’environnement et celle de la Confédération dont l’exploitation minière prime sur tout le reste avec son cortège d’hypocrisie développée envers les peuples autochtones qui n’est pas sans rappeler celle de l’Amazonie.
Avec une écriture maitrisée et fluide Jean K Saintfort nous entraine dans ce récit avec un talent de conteur d’une plume efficace et prenante.
Voilà ce qu’on appelle un bon bouquin.

Marc Vidon, Babelio
J’ai adoré !
L’intrigue est complexe, mais parfaitement maîtrisée. le style est impeccable et très agréable. Certains passages sont dans la veine de « Fondation » d’ Asimov. J’attends avec impatience une éventuelle suite, voire un préquel.
À dévorer !

Béguin C, Amazon
Un titre d’une simplicité et d’une profondeur déroutante, à l’orée de l’extinction de notre civilisation, telle l’annonce d’une prophétie. Une réflexion sur le temps, notre temps … Les dialogues très présents fluidifient le texte et lui confèrent corps et âmes. … Le récit débute en 1930 sur Terre pour se dérouler sur la planète Fergiss « quelques centaines d’années plus tard » … Magnifique éloge de l’esprit ! A-t-il réellement besoin du corps pour exister ?
Les chapitres qui composent le corps du texte sont présentés dans un compte à rebours où le temps semble inversé. La fin sera-t-elle le début d’une nouvelle ère ? Le suspense ne nous lâche pas jusqu’au dernier moment, « Le dernier temps », celui où nous saurons ce qu’il advient des Errants survivants ou pas, du personnage principal, témoin du temps, et de leur planète.
Un texte magnifique qui se termine sur Terre, un retour au réel qui ramène le lecteur à sa réflexion sur notre monde, celui d’ici et maintenant. Et tout ça porté par une romance, une belle histoire d’amour entre deux habitants de planètes différentes. Un amour impossible ? Peut-être pas…
Bravo Jean K. Saintfort pour avoir su créer ce monde et nous y avoir transporté !
Jean K. Saintfort, déjà best-seller au Canada, a aussi écrit « Les secrets de la maison de France ».

Laurence VARAINE-JARNAC, Amazon
Comme j’ai aimé « Le dernier temps » de Jean K. Sainfort !
Comme je suis contente de publier ma première chronique de l’année sur cet excellent livre !
À la fois roman d’anticipation, conte philosophique, étude de sociétés et romance, j’ai trouvé dans le Dernier Temps toutes les caractéristiques d’un très, très bon récit.
Vraiment.
Anticipation, car le roman s’appuie sur l’état actuel d’un mode de fonctionnement de notre société et en imagine les conséquences dans un futur plus ou moins proche. …
Conte philosophique où nous découvrons le peuple des Errants et sa culture, son choix de la non-violence comme un principe immuable, ses expériences extra-sensorielles pour s’approcher au plus près de chaque être vivant, sa profonde croyance en sa responsabilité de transmission de ces valeurs.
L’auteur oppose très judicieusement leur poésie et leur douceur au cynisme du matérialisme et provoque de nombreuses émotions, réflexions et identifications.

Études de sociétés où l’auteur se penche sur le pouvoir de la non-violence et la capacité des hommes à faire bouger les choses. La culture acquise par Jean K. Saintfort lors de sa formation en anthropologie donne au récit une grande intensité.
Romance à travers l’histoire d’amour de Joar, l’anthropologue , et de Phéelle, sa guide dans la culture des Errants.
L’écriture et le style de Jean K. Sainfort m’ont régalée.
La couverture réalisée par le grapheur artiste peintre JJ Vitiello est magnifique !
Bien que nous soyons transportés plusieurs centaines d’années après notre époque, nous retrouvons dans ce récit beaucoup des problématiques de notre temps, mais aussi et surtout tout l’amour et les possibles que porte en elle notre humanité.
Voici la force de ce roman qui n’est certainement pas réservé aux seuls amateurs d’anticipation.
Un livre qui a tout d’un grand.

Stéphane R, Kobo
Dans la lignée des maîtres de la SF tels qu’Orson Scott Card (pour la littérature) et Neill Blomkamp (pour le cinéma), Jean K St Fort nous entraîne à la découverte d’une nouvelle planète et d’un nouveau peuple.
À travers les yeux d’un anthropologue qui entre pour la première fois en contact avec des extra-terrestres, l’auteur nous offre un roman initiatique apportant une profonde réflexion sur notre humanité et notre part de divinité.
Le Dernier Temps est un récit entraînant à la fois spirituel et romanesque qui ne vous laissera pas indifférent.

Zeroo2, Babelio
Fergiss est au centre des manipulations entre forces politiques, commerciales et criminelles, et le suspens croît comme approche le Dernier Temps des Errants.
Au-delà de la science-fiction, qui ne fait que donner une coloration particulière au récit, le roman traite de sujets très contemporains : l’acceptation des autres, l’exploitation irraisonnée des ressources, ou encore le pouvoir démesuré des grandes entreprises.
Et surtout l’avenir d’un peuple qui semble seul à être parvenu à s’intégrer dans son environnement sans l’asservir ni le détruire, au risque de devoir affronter le matérialisme effréné du reste de l’humanité – cela rappelle d’autres histoire plus actuelles…

Pat Tremblay, Kobo
Un très bon récit. À travers les yeux d’un anthropologue, Joar, nous sommes amenés à découvrir les Errants vivant sur la planète Fergiss. Un peuple non-violent et capable de faire de la télépathie.
Je me suis pris de sympathie pour ces gens gracieux et paisibles qui cultivent le bonheur. Ils vivent heureux et ne demandent rien. Mais ils sont là et ils gênent. …
Un roman qui mélange la science-fiction, le conte philosophique et la spiritualité. …
Je crois que la majorité des humains aimeraient changer de modèles économiques avec cette exploitation effrénée des ressources ! Et qu’en serait-il de notre humanité si nos dirigeants avaient une once de sagesse et un désir de régner pour le bien commun ?
Et en chacun de nous, n’y a-t-il pas une parcelle des Errants… Mais saurons-nous la réveiller ? Pour le bien de l’humanité, je l’espère… Moi, en toute sincérité, je l’ai développé !
Je vous envoie des ondes télépathiques pour vous dire : « Procurez-vous ce livre ! »

Flojouniaux, Babelio
Une réussite encore que ce deuxième roman !
… tous se préparent à un événement qu’ils nomment  » le dernier temps « . Mais de quoi s’agit-il ? Chaque chapitre se présente comme un compte à rebours dans son attente, ce qui crée du suspense.
L’auteur a campé des personnages intéressants, et pas seulement chez les Errants, peuple non-violent. D’autre part, ce roman ethnologique et philosophique pose la question de l’intégration, tout comme Montaigne et d’autres après lui l’ont fait : faut-il à tout prix convertir à nos pratiques les peuples différents de nous, sous prétexte de leur faire profiter de ce que nous nommons « progrès » ?
Un roman réussi à découvrir !

JF P, Kobo
Comment chroniquer ce livre ? Le résumer ? Le critiquer (au sens de faire une critique littéraire) ? Emprunter une autre voie !? Cette dernière ressource semble plus séduisante, d’autant que l’ouvrage ne peut vraiment se raccrocher à aucun genre particulier ; si ce n’est quand même à celui du conte philosophique.
Alors, commençons par comprendre Jean K. Saintfort pour comprendre son livre. Dans une interview de cet auteur, l’interviewer lui pose cette question : Quels dons magiques aimeriez-vous avoir ? Sa réponse : Marcher sur l’eau, savoir communiquer de manière universelle, avec les oiseaux, les animaux, les plantes, la nature… les humains, Voler, Voyager dans l’espace et dans le temps.
Il pose ensuite cette autre question : Croyez-vous encore en l’être humain et en l’humanité ? Sa réponse : J’ai un peu de mal. C’est difficile à notre époque. Mais envers et contre tout, je veux croire que nous sommes capables de progrès (fin de citation). Cela éclairera-t-il votre lecture du livre, cher/es ami/es ? Je pense que oui…

Dominique D, La Fnac
Roman d’anticipation époustouflant
Doit-on, comme le dit un personnage du roman, suivre les dictats de la société ou épouser une forme de résistance pacifique qui sera un acte de libération ? Roman subtil qui pose la question de l’instrumentalisation qui nous fait agir à notre insu.
D’autre part, bien d’autres thèmes parviennent à faire surgir en nous des notions nous ramenant à des problématiques contemporaines : assimilation, diaspora, déculturation, migrants. Est-ce que nous n’apprendrons jamais du passé ? Sommes-nous voués à toujours reproduire les mêmes erreurs ?
Le suspens de l’intrigue nous tient, une histoire d’amour nous fait frémir. Et cela d’autant plus que nous cheminons vers l’avènement du « dernier moment » sans savoir ce qu’il est.
«Le dernier temps » est une proposition à croire aux possibilités qui nous sont offertes, si nous osons explorer toutes nos capacités. Comment y parvenir ? Avons-nous suffisamment exploré toutes les ressources intérieures que possède l’humain afin de devenir plus humain ?
Je vous invite à lire ce roman, car celui-ci non seulement nous entraine dans une intrigue passionnante, mais nous interroge sur nos propres valeurs.

JYC33, Kobo
Un roman subtil et profond
J’ai pris plaisir à lire le roman « Le Dernier Temps » de Jean K Saintfort, après avoir découvert cet auteur dans « Les Secrets de la maison de France ». Je savais y retrouver un style élégant, riche et subtil, et une histoire bien construite. …
Après l’immense succès du film « Avatar », je suggérerais à James Cameron, de mettre en scène « le Dernier Temps » de Jean K Saintfort, qui, tout comme lui, délivre avec talent un message fort et qui fait réfléchir.

Manon, Goodreads, CANADA
Délicieusement surprenant ! Je viens de terminer une belle découverte « Le dernier temps » de Jean K Saintfort.
Un roman profond, où la spiritualité et la science-fiction se mélangent agréablement. La belle écriture et l’intelligence de l’auteur m’ont conquis, je vais assurément lire ses autres œuvres…
Au-delà de la science-fiction, le roman traite de sujets de l’acceptation des différences, de l’écologie, mais on assiste aussi à cette désespérante envie de l’être humain d’envahir pour industrialiser, d’aller toujours plus loin dans la quête du gain qui mène à la corruption et la trahison.
J’ai dégusté ce livre jusqu’à la moitié, ensuite, je l’ai dévoré d’un trait. Amateurs de spiritualité et de science-fiction vous serez comblé avec « Le dernier temps. » Je vous le recommande.

Franck E, Kobo
Le 24 décembre 2020, j’ai eu la chance de voir apparaitre un ONI (OVNI sans le V) sur ma liseuse ! le comble pour un livre de S.F… Certains croient (surtout aujourd’hui) au père Noël, d’autres à l’intégrisme, le fascisme, le communisme et toutes les jolies théories finissant par “isme”… D’autres ont foi dans la non-violence ! Par chance, nous avons en la personne de l’auteur un mélange de conteur-philoso-poète qui nous fait entrevoir que même dans un lointain futur l’opposition matérialisme/humanisme se poursuivra de la même manière.
Ceci, c’est le cadre large fort bien décrit d’un monde futuriste qui laisse filtrer un petit espoir d’une humanité meilleure au travers de l’Amour qui rapproche les êtres malgré leurs différences.
En conclusion : Une satire réussie de notre planète et des violences inouïes auxquelles se livrent encore les pauvres “petits” humains qui la peuplent. C’est parfaitement dit, c’est bien écrit, c’est à lire !

Sebastien M, La Fnac
Comme un air de Damasio
Cette œuvre (oui, oui n’ayons pas peur des mots) est dans la veine des plus grands livres de science-fiction, de Dune à Alain Damasio. On y explore un monde lointain et romantique à la fois, peuplée d’êtres qui manquent cruellement à notre monde actuels. Je recommande.

Isabelle Boutin, Goodreads, CANADA
Une réflexion philosophique sur l’acceptation des autres. Ce livre a été une belle découverte pour moi. J’ai particulièrement aimé l’écriture de l’auteur : fluide, riche et remplie d’images et d’émotions. On arrivait facilement à se mettre dans la peau des personnages. J’ai beaucoup aimé l’histoire et la façon dont l’auteur aborde la différence d’un peuple envers un autre. Le thème de la spiritualité bien ancré dans un environnement de science-fiction a de quoi surprendre et c’est ce qui fait toute la beauté de ce livre. Le développement du personnage principal m’a touchée et m’a fait rêver d’atteindre moi aussi un tel niveau spirituel. Le dernier temps aborde la différence, les luttes de pouvoir, la corruption et la trahison, le tout enveloppé d’une petite histoire d’amour mais surtout de la découverte de soi, de la confiance en la vie. On y retrouve beaucoup de philosophie et de critique sociale. Je recommande à tous les amateurs de spiritualité et de science-fiction.

Mansa, CritiquesLibres
Délicieusement surprenant !
Un roman profond, où la spiritualité et la science-fiction se mélangent agréablement. La belle écriture et l’intelligence de l’auteur m’ont conquis, je vais assurément lire ses autres œuvres.
J’ai dégusté ce livre jusqu’à la moitié, ensuite, je l’ai dévoré d’un trait. … vous serez comblé avec « Le dernier temps. » Je vous le recommande.

Lucie Maignard, Goodreads
Un grand roman, écrit dans un style impeccable , – qui, à l’époque que nous traversons,- doit être lu. Avec une GRANDE attention.
Je cite, juste pour le plaisir, cette citation de Gandhi sur la non-violence parce qu’elle a sa place : « Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes. Qui peut faire appel au cœur des hommes avec plus d’efficacité que la femme ? » .

Tomy, La Fnac
Une superbe fiction
L’auteur fourmille d’imagination pour une mise en scène planétaire plutôt réussie. Au-delà de la dimension futuriste, le thème de la tolérance d’êtres différents de nous est la maîtresse pensée. Je reste admiratif par l’espoir possible que nous insuffle l’auteur, je demeure pessimiste quant à l’esprit humain. Mais les croyances sont fortes et peut-être suis-je trop « Terre à Terre » ?
Je termine par la qualité incontestable de la qualité de rédaction de ce roman qui est un véritable plaisir à lire. Merci à l’auteur de cet agréable moment.

Xelliya, CritiquesLibres
Un récit palpitant qui donne à réfléchir
A la fois conte philosophique, roman de SF et roman d’initiation, ce livre pose de vraies questions quant au droit à la différence et à l’avenir de notre société, thèmes magistralement explorés et portés par une écriture fluide et sensible. 

Fanny T, La Fnac
Les errants, peuple pacifiste, qui s’ouvre vers des expériences extra-sensorielles fortes dérangent parce qu’ils ne rentrent pas dans cette obsession de travailler pour gagner plus. Ils prônent l’autosuffisance, l’écoute, la non-violence et la bienveillance.
Ce roman nous fait réfléchir sur notre capacité à tolérer et à accepter la différence d’un autre peuple.
Merci à l’auteur de nous envoyer au travers de ce conte philosophique, un message fort. Je vous le conseille, roman à découvrir !

Minili, Livraddict
Coup de cœur ! Roman d’anticipation qui nous met face aux dérives de notre société et aux conséquences qu’elles peuvent entrainer. “Le jour J” nous guette comme les personnages attachants du livre. Et si ceux-ci ouvraient la voie à d’autres chemins possibles ?

Jean-Michel M, La Fnac
Entre conte philosophique, romance “extrasensorielle” et développement personnel, “Le dernier temps” est une œuvre ambitieuse et humaniste où l’on retrouve les thèmes chers à Jean K. Sainfort : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la nécessaire prédominance de l’Humain sur les considérations économiques et matérialistes.
Un choc des cultures qui nous ramène donc à notre propre présent avec ses problématiques incontournables liées à l’écologie, aux communautarismes, à la cupidité et aux aveuglements de nos semblables.
L’histoire d’amour qui unit Joar, l’anthropologue, et Phéelle, sa guide Errante, sert magnifiquement le récit en y apportant une touche romantique agissant comme une allégorie sur une possible Union Sacrée de l’humanité tout entière.
Cependant, on n’y trouvera aucun angélisme mièvre ni idéalisme suranné: sans illusions et sans concessions, l’auteur nous invite “simplement” à élargir notre champ de conscience à travers une réflexion sur nos modes de fonctionnement, nos forces intérieures et nos capacités ou pas d’influer sur la marche du monde pour croire en un ailleurs envers et contre tout…

Audrey Chevalier, Goodreads, CANADA
Captivant et Songé … J’ai été frappée par la beauté et les images utilisées pour décrire les étapes de cette lecture. Un style très recherché et différent qui permet à l’oeuvre de se démarquer du bassin d’autres romans. J’ai aimé le processus d’intégration qui se fait dans la confiance avec Joar et les Errants, voir ainsi une manne d’émotions voir le jour. Une romance tranquille mais solide. J’ai été éblouie par la douceur des apprentissages dont ce roman fait preuve. Un message qui peut se transposer facilement dans notre propre réalité. Joar avec Phéelle qui iront contre les différences pour une totale assimilation de leurs propres valeurs afin de se compléter. On y retrouve aussi une réalité tangible : une valorisation de la conscience d’un peuple par son histoire et sa culture pour vivre dans l’immortalité.
À mi-chemin entre le film Avatar et Les âmes vagabondes. Je recommande.

FlorenceF, Livraddict
J’ai trouvé que l’intrigue était bien menée et que le style était fluide.
Personnellement, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce récit qui nous parle de nous-mêmes et qui nous permet de réfléchir au monde qui nous entoure.
Je vous le recommande donc vivement.

Christophe et ML, La Fnac
Ayant beaucoup aimé le précédent roman de l’auteur…, je me suis plongée dans la lecture de ce second roman, d’un genre différent puisqu’il s’agit d’une histoire qui se passe dans le futur. De la science-fiction qui fait pourtant écho à notre présent. Jean K. Saintfort nous amène à nous interroger sur l’avenir, sur le devenir des hommes, sur les choix de vie, sur les remises en question toujours possibles, sur l’ouverture d’esprit, sur la réponse à la violence par la non-violence, sur notre époque bien sûr.
Beaucoup de douceur et de noirceur s’opposent dans ce roman avec au milieu, quelques pions qui doutent. Le compte à rebours qui conduit au « dernier temps », titre du roman, est magnifiquement orchestré … A vous de le découvrir.

Alexandra Ceccarelli, Goodreads
Un récit palpitant qui donne à réfléchir
A la fois conte philosophique, roman de SF et roman d’initiation, ce livre pose de vraies questions quant au droit à la différence et à l’avenir de notre société, thèmes magistralement explorés et portés par une écriture fluide et sensible. …
Transformé par son amour pour la jeune errante, dévasté par la violence des Rebelles et les machinations du gouvernement, notre anthropologue devra se redéfinir en tant qu’homme et voir évoluer ses convictions, qu’elles soient professionnelles, politiques ou spirituelles.

Lou Marc, Booknode
J’ai beaucoup apprécié Le Dernier Temps, de Jean Sainfort,
A une époque où les planètes sont autant d’Amériques à investir et exploiter, les Errants ont quelque chose de nos peuples racine, cultivant harmonie et sagesse, et ayant en outre fait vœu de non-violence absolue, optant pour l’amour. Joar, anthropologue en charge de leur étude, découvrira bien plus encore sur sa propre société, la nôtre, celle des Hommes.
Jean K. Saintfort nous livre les secrets d’un idéal de société fidèle à ses valeurs, qui sait perdurer malgré sa fragilité apparente.
Le style est fluide, clair et poétique. A lire et faire lire.

Zeroo, Livraddict
Des thèmes contemporains comme l’exploitation effrénée des ressources, le pouvoir politique des entreprises, traités dans une coloration SF. Excellent !

sealeha, Booknode
Une histoire qui sort des sentiers battus !
Le parti-pris de considérer l’angle de vision d’une communauté pacifiste dans un roman de science-fiction me paraissait osé. C’était sans compter sur le savoir-faire de l’auteur, qui a réussi à m’entraîner dans son histoire sans difficulté !
La plume de l’auteur est très agréable et maîtrisée, ce qui ne gâche rien. J’ai apprécié de découvrir les personnages et de les suivre dans leur évolution. Je recommande :)

Jo FREHEL , Goodreads
Une histoire du futur qui pose les questions d’aujourd’hui. (Elle) raconte le choc culturel entre deux peuples de cultures diamétralement opposées. …
Un livre passionnant et, de plus, très bien écrit, un récit allégorique, presque un conte, qui nous propose une réflexion sur notre présent. Tout y est : La civilisation occidentale et son impératif de croissance, les autochtones et leur lien étroit avec mère Nature, l’État profond et la raison d’état, la déculturation sous prétexte d’assimilation, et aussi, bien sûr, des déviants, les Rebelles, qui ont choisi la violence et qu’on instrumentalise… Tout cela ça ne vous rappelle rien ?

Guy Lavallée, Goodreads
Un style semblable aux grands maîtres de la Science-Fiction. Tel un alchimiste, M. Saintfort dans son deuxième roman fait un amalgame sophistiqué avec une goutte d’Asimov (Fondation), une pincée de Clark (2001 A Space Odyssey   et The Songs of Distant Earth), quelques millilitres de Stephen King (Shining), et un effluve de romantisme. Puis, en mélangeant le tout avec du suspense à la Clancy (Hunt for Red October) et les expériences mystiques de Bach (Jonathan Livingston Seagull), il parvient à nous emporter dans une aventure visant à obtenir la pierre philosophale littéraire qui, sans lui donner la vie éternelle à tout le moins, lui donnera une longue carrière comme romancier.
Au fil de l’histoire un jeu complexe de  conquête interplanétaire se développe et malgré l’apparente victoire du plus fort sur le plus faible, on ne sait qui perd ou qui gagne. Ouvrant ainsi la porte à une forme de contestation par le pacifisme et la transcendance. Le roman nous emporte par une écriture précise dans une série événement où s’opposent l’amour, le romantisme, le pacifisme aux dures réalités du côté sombre de l’humanité, la cupidité, la traîtrise et la violence. 

megami5554, Livraddict
J’ai bien aimé la plume de l’auteur et sa vision assez pacifiste de la science-fiction. Ce livre nous confronte à des thématiques bien différentes de ce qu’on retrouve dans les Space Operas traditionnels. C’est une quête d’ouverture à l’autre où l’acceptation et le vivre ensemble sont l’idéal à atteindre. Je recommande ce livre à tous les adeptes de la différence et de la non-violence.

Evelyne, Amazon, USA
Roman dystopique et conte philosophique, un must ! Bonjour de New York !
Après « Les Secrets de la Maison de France », où j’ai découvert la plume, la sensibilité et l’humour de Jean Saintfort, je me suis lancée dans « Le Dernier Temps ».
Je vais être honnête, ce n’est pas mon genre de lecture habituelle…et pourtant…je me suis laissée emporter par cette dystopie, ce conte philosophique, dont le message intemporel mène à une véritable réflexion spirituelle.
Tolérance, non-violence, acceptation de l’autre…ne sont que quelques-uns des thèmes abordés sur fonds de science-fiction. Et Jean Saintfort le fait avec brio.
Ma seule question est : à quand le prochain ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s